Le conseil des jardiniers : préparer le jardin aux pluies d’automne

Préparer le jardin aux fortes pluies

Le 20 novembre 2018

Eternelle insatisfaction… Après avoir guetté tout l’été le moindre petit nuage susceptible de faire pleuvoir quelques gouttes salvatrices, suffoquant dans cette chaleur poussiéreuse, nous nous sommes mis à guetter, au milieu d’une masse dense de nuages chargés, la moindre petite apparition de ciel bleu, espoir d’un retour des beaux jours.

Il faut tenir ! Ne pas laisser cette grisaille humide, cumulée à l’apparition des décorations de Noël dans les villes et du remplissage prématuré des rayons de supermarchés de chocolats Mon Chéri, nous miner le moral. Non, il ne s’agit pas d’un complot orchestré par une bande de Bretons mal intentionnés, visant à nous donner un aperçu de ce à quoi ils se confrontent quasi quotidiennement. Pourtant il va falloir agir comme tel !
Imperméable, pantalon de pluie, bottes. Les indispensables pour aller rassurer des végétaux méditerranéens qui, après avoir été assoiffés, se retrouvent submergés.

Le retour de la pluie a redonné du souffle au jardin. L’été s’est prolongé, des coups de vent s’y sont mêlés. Il était visible que les végétaux commençaient à en souffrir. Instantanément le jardin a reverdi. Mais cette pluie qui n’en finit plus de tomber peut, pour certaines méditerranéennes, avoir des conséquences néfastes, comme le développement de champignons. Au même titre que nous préparons des plantes à endurer la période estivale, nous pouvons le faire pour la période hivernale.

Alors que nous avons pris soin de faire de belles cuvettes autour des jeunes plants à la veille de l’été, il va maintenant être temps de les « casser ». L’eau, si elle arrive en abondance, comme c’est le cas cette année, ne doit pas stagner trop longtemps au pied de la plante. Nous avions également préconisé de pailler les cuvettes afin que l’humidité durant l’été puisse rester plus longtemps. Il y a là une nuance à apporter avec le paillage. Ce dernier va nourrir le sol, éviter la fuite des matières organiques par ruissellement sur le sol, et faire office de couverture chauffante pour un jeune système racinaire. Cependant, il faut éviter d’en mettre autour du collet de la plante. La majorité des plantes méditerranéennes ne supportent pas une humidité prolongée. C’est ce qui les rend sujettes aux champignons.
Enfin, si l’été, il est préférable d’aérer son sol en fin de journée afin qu’il puisse capter la fraîcheur naissante d’une fin de journée, ce sera l’inverse l’hiver. Il sera préférable d’aérer son sol le matin afin qu’il puisse respirer et se décharger d’un éventuel excédent d’humidité. L’aération du sol favorise la captation de l’azote contenu dans l’air, nécessaire aux plantes. Il est donc favorable de faire ce petit travail une fois de temps en temps.

Jardiner, cela peut être anticiper. Anticiper les besoins à venir de ses végétaux en opérant tous ces petits travaux en amont. Il faut avoir une longueur d’avance sur son jardin.

La pluie continue de tomber mais jusqu’ici, tout va bien.

Charles Guerlain
Jardinier au Domaine du Rayol