Le conseil des jardiniers : penser aux bulbes

Plantation des bulbes

Le 20 octobre 2018

Il semblerait que l’été soit en train de baisser sa garde.
Les nuits se rafraîchissent et le soleil montre ses premiers signes de fatigue.
Dernier round ! Tranquillité d’une journée de fin d’été. Et pourtant… Le ciel s’assombrit. A l’horizon, une grosse masse obscure et mouvante gonfle le torse, certainement dans un esprit de dissuasion.
L’air est chargé, l’excitation monte ! Les arbres agitent leurs houppiers avec ferveur, soumettant leurs troncs à d’incroyables torsions et obligeant leurs locataires à s’envoler complètement déboussolés ! Le signal est donné. Le choc est imminent. Le soleil recule, son adversaire gronde…
C’est une déferlante !

C’est officiel, l’automne est arrivé !

Des journées plus douces, un soleil moins accablant. Migrations de nuages et variations d’intensités. Les premières pluies, un sol qui enfin se ré-humidifie.
Pour les éternels indécis qui s’arrachent encore les cheveux à essayer de savoir s’ils préfèrent le printemps ou l’automne, il faut bien admettre que ce dernier a le sérieux avantage, en ce qui concerne le jardin, d’avoir encore un sol empreint de la chaleur emmagasinée durant l’été.


L’automne, la saison des plantations

L’automne est la bonne saison pour se lancer dans les plantations. L’enracinement des jeunes plants sera facilité par un sol chaud et humide.
Préparer la zone à planter en désherbant quelque peu. Faire un trou de plantation d’une taille conséquente. Préparer le plant à sa mise en terre en démêlant son éventuel chignon… Quel travail !

Alors, toujours dans un souci d’esthétique plus que par pure fainéantise bien sûr, pourquoi ne pas profiter de cette fosse de plantation pour y mettre, au passage, quelques bulbes ?


L’occasion de planter des bulbes

Narcissus papyraceus

Narcissus papyraceus

C’est le bon moment pour les bulbes de floraison printanière d’être mis en terre. C’est le cas des scilles ou des ornithogales par exemple.
Les bulbes vont être mis dans le sol avec la pointe vers le haut. Le bulbe a ses propres réserves qui lui permettent de passer la période de repos sous terre, à l’abri du froid et des prédateurs.
Et ce n’est qu’une fois que nous l’avons oublié qu’il resurgit, au printemps, jouant de son esthétique de surprise. Il faut bien l’admettre, c’est le sérieux avantage du printemps…
Définitivement difficiles à départager.

On ne pense pas suffisamment souvent aux bulbes lorsque l’on fait des plantations. Ils sont souvent oubliés, alors qu’ils ne demandent aucun effort. Et nous sommes toujours heureux de les voir apparaître d’une année sur l’autre, apportant le temps de leur présence de la couleur et des odeurs dans le jardin.

Freesia refracta

Freesia refracta

Charles Guerlain
Jardinier au Domaine du Rayol