En ce moment au Jardin : la serre du Domaine du Rayol inaugurée

Inauguration de la serre

Le 16 octobre 2018

Le Domaine du Rayol dispose depuis cet été d’une serre de multiplication et d’acclimatation. Imaginée dès la création du jardin, longtemps désirée, il aura fallu attendre environ 20 ans pour que cette dernière voie enfin le jour. Elle a été inaugurée samedi 6 octobre 2018 dans le cadre de Gondwana, la Fête des Plantes méditerranéennes.

Pourquoi une serre au Domaine du Rayol ?

Le Domaine du Rayol est un jardin ouvert aux visiteurs et qui possède une petite pépinière, dont les missions sont diverses :

  • acclimater des végétaux nouvellement acquis avant de les installer dans le jardin ;
  • produire, en multipliant des plants déjà installés, de nouveaux sujets qui iront, soit (en priorité) renforcer les populations déjà existantes dans le jardin ou remplacer certaines plantes qui n’auraient pas supporté la sécheresse estivale, soit au point de vente mis en place afin que les visiteurs qui le désirent puissent repartir avec « un petit morceau du jardin » ;
  • produire certains types de végétaux aux exigences culturales particulières et pour lesquels une serre est indispensable ;
  • produire des plantes sur commande pour des chantiers ou des opérations spécifiques, comme par exemple « Jardinons ensemble » au Rayol-Canadel ;
  • soigner et/ou renforcer certaines plantes mal acclimatées dans le jardin ou ayant subi trop d’attaques de ravageurs.

Pour mener ces missions, une petite partie du jardin est consacrée à cette activité, entre l’ancien potager et l’ancien verger. Cet espace n’est pas ouvert au public en visite libre.
La zone de production a été aménagée en 2010 grâce et avec l’aide de Jean Thévenet, mis à disposition du Conservatoire du littoral par l’INRA. Elle permet de produire 5 000 à 6 000 plantes par an, en fonction des demandes du jardin et des besoins du point de vente.

Bien évidemment, comme dans le jardin, l’outil de production est soumis à des règles strictes concernant la préservation de l’environnement. Par exemple, aucun produit de synthèse n’est utilisé, que ce soit en traitement ou en engrais. Les jeunes plants sont endurcis de façon à mieux pouvoir s’acclimater par la suite. Les terreaux non utilisés sont récupérés et réinjectés dans la chaîne de fabrication du substrat destiné à recevoir les jeunes plants. Par ailleurs, une consigne est appliquée sur les godets anti-chignons, de telle sorte que chaque visiteur rapportant dix pots, non fendus, se voit offrir une plante d’une valeur de 7,50 €.

Jusqu’à présent, les pépiniéristes successifs se sont toujours accommodés de l’outil qui était à leur disposition, chacun essayant de le perfectionner. Celui-ci permettait quand même de produire chaque année les plants nécessaires pour le jardin et la vente.

Au démarrage proprement dit de la production signée « Domaine du Rayol », notre autonomie n’était que partielle et nous utilisions une petite partie d’une serre de production des anciennes entreprises Jean Rey, gracieusement mise à notre disposition pour faire nos boutures. Aujourd’hui, tout le processus de production est réalisé sur place au Domaine du Rayol et tout le matériel servant à prélever des boutures ou des graines est issu du jardin.


Une serre… Comment ?

La serre en cours de montage durant l'été 2018

La serre en cours de montage durant l’été 2018

La forme définitive de la serre a été choisie après plusieurs discussions portant sur l’impact visuel de cette dernière et sa facilité d’utilisation.
Après réflexions et redéfinition de la mission principale de cette serre, à savoir la production de végétaux, il a été décidé de partir sur une forme « double chapelle », permettant de bénéficier d’un volume d’air plus important pour une même emprise au niveau du sol.
De plus, cette forme, très fonctionnelle, a permis d’automatiser une grande partie des différents mécanismes qui interviennent dans la régulation du climat à l’intérieur de la serre. Les principaux sont les ouvrants (de toits et latéraux) qui permettent une bonne aération. Un écran thermique permet également de limiter la « surchauffe » à l’intérieur de la serre en été, et de conserver un maximum de chaleur en hiver. D’autres mécanismes pourront être automatisés dans le futur, en fonction des besoins (chauffage, arrosage).
Enfin, un verre « Sécurit » a été posé sur le toit afin de pouvoir accueillir des visiteurs dans la serre dans le cadre de visites thématiques ou d’ateliers-formations.

Nous n’en sommes encore qu’aux prémices et à l’aménagement intérieur de la serre, qui doit rester modulable afin de s’adapter aux différents besoins. L’outil devrait monter en puissance au fil des mois qui viennent. Mais d’ores et déjà, les jeunes boutures en formation à l’intérieur du fog ont été déplacées dans cette nouvelle serre.


Un projet de longue haleine

Inauguration de la serre

Inauguration de la serre en présence notamment (de gauche à droite) d’Olivier Arnaud, directeur du Domaine du Rayol, d’André Del Monte, président de l’Association du Domaine du Rayol, d’Andrée Samat, présidente de la Fondation d’Entreprise Crédit Agricole Provence-Côte d’Azur et de Myriam Granier, représentante du Conservatoire du littoral.

Si désormais, nous disposons d’un bel outil, il aura quand même fallu beaucoup de temps et d’obstination pour porter ce projet jusqu’à son terme.

Dans un premier temps, la zone, qui était en « Espace Boisé Classé », a été déclassée dans le cadre de la révision du PLU (Plan Local d’Urbanisme) de la commune en 2016. Une fois le financement monté, le dossier de permis de construire a été déposé par l’entreprise ALEP Paysages, qui travaille avec le Domaine du Rayol depuis de nombreuses années. Il y eut plusieurs instructions, notamment au niveau des études d’impact, qui ont toutes rendu un avis favorable. Le projet est passé devant la commission des sites et, pour finir, a dû être validé par le cabinet du Ministère de l’environnement. La durée totale d’instruction du dossier a été d’environ huit mois.

Le financement de la serre, d’un montant de 65 000 €, s’est réparti comme suit :

  • 15 000 € de la DREAL PACA
  • 10 000 € de la Fondation du Crédit Agricole Provence-Côte d’Azur
  • 10 000 € du Conservatoire du littoral
  • 30 000 € pris en charge par l’Association du Domaine du Rayol

La serre devrait désormais nous permettre de produire 2 000 à 3 000 végétaux de plus par an.

Laurent Amalric,
Responsable de la Pépinière du Domaine du Rayol