En ce moment au Jardin : Gondwana se prépare…

Paysage du Chili d'altitude

Le 21 septembre 2018

La lumière s’adoucit, les ombres s’allongent… Et de la plus petite forme aux houppiers des grands arbres, le jardin prend du relief.

Il fait un peu moins chaud. Le ciel azur se voile de temps en temps mais ne laisse échapper depuis la mi-août que quelques gouttes. Si peu qu’il nous est encore nécessaire d’arroser une fois par semaine tous nos jeunes sujets. Pourvu qu’avec l’arrivée de l’automne, prévu au calendrier le 23 septembre, le ciel nous tombe sur la tête… juste avant notre fête des plantes : Gondwana. Et puis, après, tant qu’il lui plaira !


Gondwana 2018 met le Chili à l’honneur

Cette année, pour Gondwana, les paysages du Chili sont à l’honneur. Pour cela, nous avons entamé quelques chantiers importants.

Si les paysages évocateurs du Chili occupent une belle place au Jardin des Méditerranées, c’est celui du Chili d’altitude que l’on connaît le mieux. Parce qu’il borde le chemin principal, mais surtout parce que la lande des puyas est spectaculaire, avec leurs floraisons aux couleurs étonnantes en début d’été. Une fois sèches, à présent, les hampes des puyas sont encore remarquables, formant un jeu d’ombres brunes, très graphiques, au-dessus des énormes rosettes au feuillage argenté.

Puis, en glissant dans la pente, de l’autre côté du chemin, c’est la prairie d’alstroemères, que l’on appelle aussi « Lys des incas », où persistent quelques floraisons.

Plus bas encore, presque au fond du vallon, dans un sous-bois plus discret, le long du petit ruisseau qui tombe en cascade en Asie subtropicale, nous avons mis en valeur quelques arbres et arbustes chiliens : un Boldo (Peumus boldus), un Schinus latifolius, un myrthe du Chili (Luma chequen) et quelques autres.

Paysage du Chili méditerranéen

Paysage du Chili méditerranéen

A l’opposé, non loin de l’Hôtel de la Mer, un temps à l’abri des regards derrière une haie de pittosporums, se trouve le Chili de climat méditerranéen avec ses Acacia caven, palmiers Jubaea chilensis, bambous chusquea… Cachés derrière des pistachiers, des arbousiers et la haie de pittosporums, d’autres plantes chiliennes comme le Lithraea caustica ont grandi. Ils n’attendaient qu’un peu plus de lumière pour occuper enfin pleinement l’espace. Nous avons pour cela enlevé toute une partie de la haie vieillissante et clairsemée, et quelques arbres du maquis.

Bambous Chusquea cumingii dans le jardin du Chili méditerranéen

Bambous Chusquea cumingii dans le jardin du Chili méditerranéen

Floraison du Luma chequen (myrthe du Chili)

Floraison du Luma chequen (myrthe du Chili)

 


De nouvelles jarres viennent embellir l’Hôtel de la Mer

Au pied de l’Hôtel de la Mer, deux nouvelles jarres sont venues remplacer les anciennes, très abîmées. Authentiques jarres provençales, elles avaient été installées par les premiers propriétaires du domaine, les Courmes. C’est aux XVIIe et XVIIIe siècles que ces jarres sont fabriquées en grand nombre, principalement à la main avec la technique de la corde, dans l’un des plus importants centres potiers de tout le bassin méditerranéen, à Biot, dans les Alpes-Maritimes. Elles servaient à l’origine à la conservation des aliments. Puis, à partir du début du XXe siècle, elles ont été utilisées en tant qu’éléments décoratifs des jardins de la Côte d’Azur. Presque identiques, les nouvelles jarres ont été façonnées avec la même technique. Le temps et les aléas climatiques auront raison de leur aspect un peu trop neuf…

Nouvelles jarres à l'Hôtel de la Mer


Succès des Journées du Patrimoine

La Villa Rayolet

La Villa Rayolet sera de nouveau exceptionnellement ouverte à l’occasion de Gondwana, la Fête des Plantes méditerranéennes

Pour les Journées du Patrimoine, le Jardin a accueilli beaucoup de monde. Comme depuis plusieurs années maintenant, la villa Rayolet était exceptionnellement ouverte à la visite. Elle le sera de nouveau, pour la première fois, à l’occasion de Gondwana. Laurence a pu faire découvrir l’histoire et l’architecture de cette villa et répondre à beaucoup de questions du public. Historienne de l’art, diplômée de l’Ecole du Louvre, Laurence est volontaire en service civique au Domaine du Rayol depuis le printemps dernier. Elle fait des recherches sur l’histoire du Domaine afin de retracer son évolution, depuis sa fondation en 1908 jusqu’à aujourd’hui. Ses travaux serviront notamment à la publication d’un ouvrage en 2019, à l’occasion des 30 ans de l’acquisition du site par le Conservatoire du littoral et de l’ouverture du Domaine au public.

A présent, les jardiniers, et toute l’équipe du Domaine du Rayol, s’affairent pour préparer le plus gros événement de l’année au Jardin : Gondwana, la Fête des Plantes méditerranéennes. Nous espérons vous y voir nombreux les 6 et 7 octobre prochains !

 

Les jardiniers du Domaine du Rayol